Où sont les femmes? Les mères ?

On pense souvent à tort que je suis féministe. Ce n’est pas parce que j’aime à rappeler à la gent masculine que leur manquement impacte négativement la place de la femme, son rôle et tous les maux qui en découlent que je le suis.

Je ne suis ni féministe ni ne le suis pas. Je suis humaniste. Je ne prône pas l’égalité mais l’équité. Et je me sers de ma voix, humblement, pour mettre à jour des dérives comportementales qui touchent la femme dans ce qu’elle est profondément.

Pour cela j’utilisais mon compte Instagram ( @natureetnaturo ) notamment mes stories. Façon écorchée vive qui en a gros sur la patate. Et puis je préfère aujourd’hui aider les femmes à guérir. Pas en se tapant des week end spa avec les copines. Non. On essaie d’être un peu plus en profondeur. Parce que l’homme a par ses choix et décisions rendu la vie de la femme impossible à bien des égards. Et que la sororité est un concept joli mais encore trop rare, je me questionne aujourd’hui sur la place qu’on donne aujourd’hui à la femme mais surtout à la mère dans notre monde moderne.

La femme souffre. La femme s’est perdue. La mère doit répondre à des standards impossibles d’être partout, pour tout le monde, disponible mais jamais pour elle. Hors, le nombre de dépressions post partum ne cesse d’augmenter. Les dépressions tout court d’ailleurs. La femme est au four et au moulin, boostée par des discours féministes qui lui demandent d’être toujours plus productive pour prouver sa force et sa valeur, et par là sa capacité à égaler l’homme. Le narratif est bien rodé, et la femme à terme bien érodée.

Et les réseaux sociaux font la part belle à ces nouvelles femmes qui sont à la tête d’entreprise de retour au boulot 15 jours après avoir accouché. Exhibant un ventre plat, et ayant le temps de sortir au resto entre copines pendant que bébé attend sagement à la maison. Il faut aller vite, se remettre vite, faire bonne figure vite. Après tout l’accouchement n’est pas un acte médical ( alors qu’il est paradoxalement surmédicalisé) te diront-ils tous. Alors que les 40 jours qui suivent l’accouchement doivent être ceux du recentrage, des gens qui s’occupent autant de maman que de bébé.

Sois sexy pour que ton mec n’aille pas voir ailleurs, perds tes kilos de grossesse honteux en trois mois, recommence à voyager, bouger, faire du sport sous peine de n’être qu’une mémère frustrée condamnée aux travaux forcés.

Quid de la  » vraie » vie? Une mère, et je n’ai aucune problème à assumer mes propos et les affirmer, doit, et je dis bien , DOIT, embrasser son rôle pleinement. Quoi? Tu veux donc dire, Brigitte, que je ne peux pas prendre de temps pour moi, et partir en vacances une semaine alors que bébé n’a que deux mois pour redevenir une femme entière pour ne penser qu’à moi un peu ?

J’entends la détresse de la mère en post partum, dépassée par des bouleversements hormonaux, de la fatigue accumulée, un chamboulement de son univers si serein, et si egocentré. Je l’entends. Mais tu sais quoi, si tu n’étais pas sollicitée par la société pour être une business woman 3 semaines après avoir accouché, pour perdre tes kilos en sirotant des tisanes de queue de cerises et des barres proteinées. Si on ne te demandait pas de  » reprendre la routine du quotidien » et de rester sexy pour ne pas que ton mari aille voir ailleurs. Ou de reprendre le sport ( après avoir rétabli ton périnée surtout hein) d’arrache pied pour retrouver ta silhouette d’avant, ou encore de vite reprendre ta pilule contraceptive parce que madame vous êtes fertile 21 jours après l’accouchement ( qui, qui a des rapports 21 jours après avoir expulsé un être humain de son vagin et avec du sang qui coule entre ses jambes ?!!?) et bien tu pourrais retrouver ta fonction première qui est d’être : mère nourricière.

Qui se soucie d’être bien nourrie, d’aliments réconfortants, qui se laisse le temps de renaître en même temps qu’elle a donné naissance à son petit, qui accepte que son corps est devenu encore plus beau même si il est différent, avec toutes ses traces qui marquent le début d’une histoire d’amour avec ton enfant. Les hommes intelligents sont là pour leur femme et n’exigent rien. Ils aident et soulagent autant qu’ils le peuvent, et si tu es malheureusement mariée ou en couple avec un homme qui ose parler de laisser aller alors que tu viens littéralement de donner vie à un être humain, je t’encourage à te poser les bonnes questions pour la suite. Tu es reine, tu es mère, tu nourris en donnant ton sein, ton lait, le meilleur aliment dont bébé peut se nourrir. Mets toi dans ta bulle. Ignore le bruit externe, les normes, celles qui te disent que tu es la représentante des femmes et que tu dois toujours faire plus pour une cause qui n’est pas la tienne. Ton seul souci doit être de connecter avec ton enfant le plus intensément possible, vous découvrir abondamment, tu ne te perdras pas dans ce rôle, je te le promets, il suffit juste qu’on t’en donne les moyens, les bons soutiens, la bonne alimentation. Le jour où tu as donné la vie à cet être tu n’as pas cessé d’exister bien au contraire. Être mère n’annule pas ton rôle de femme. Il le développe, l’enrichit. Il n’y a pas de scission entre le concept de couple et le concept de famille. C’est une symbiose équilibrée.

Je ne suis pas en train de te dire que c’est facile. Que découvrir la maternité n’est que bonheur et roudoudou. Je te dis simplement d’embrasser ce rôle du mieux que tu peux, en délaissant les fantasmes de la femme Shiva, qui doit faire plus qu’elle n’est.

Tu ne trouveras pas de réconfort dans des activités en dehors de chez toi, avec des nuits blanches dans les pattes, des hormones en chute libre, crois moi. Ce n’est pas des pansements de ci de là qui vont donner à la mère des solutions viables pour son bien être.

C’est une réforme de la vision de la femme et de la mère dans son entièreté. Une réforme sûrement jugée rétrograde par bien des personnes qui estiment qu’une femme épanouie est une mère qui lâche du mou et laissent interférer des tierces personnes dans sa relation avec son enfant. Des institutions extérieures pour la  » soulager » ( comme si un enfant était un fardeau). Crèches, écoles, centre de vacances. Je ne dis pas qu’il ne faut pas déléguer parfois. Je dis qu’être mère c’est éteindre le bruit de la norme établie par des entités qui ne pensent qu’au rendement et au profit, qui ne pensent qu’à couper le lien fort qui unit normalement les parents avec leurs enfants, pour les rendre dociles sans remise en question aucune des autorités. Je dis qu’il faut que la mère redevienne socle et pilier de son foyer avant de vouloir aller révolutionner le monde à coup de soutien gorge en feu.

Et si tu n’as pas envie d’être mère, si tu as un doute quant à tes capacités, si ce rôle qui implique dons et sacrifices, mais également amour intense et réciprocité ne te parlent pas, alors n’ enfante pas. Et grand bien te fasse.

On a besoin de mères fortes et déterminées dans leur rôle. Des mères aux seins arrondis par le lait qu’elles produisent, aux ventres striés de vergetures qui sont le symbole ultime du don de soi. Nous avons besoin de mères boussole, de mères fières, qui n’hésitent pas. Qui ne doutent pas d’elles parce qu’elles ont quelques kilos en plus. Tout ça c’est de la poussière jetée aux yeux des gens superficiels. On veut des mères qui connectent avec leur enfant intérieur via leurs propres enfants. De celles qui rêvent d’un monde meilleur et qui inculquent des valeurs vraies à leurs enfants.

On a besoin de vous. Femmes. Mères. On a besoin de reprendre ce rôle qu’on nous a volé pour des combats politiques et sociétaux qui ne nous regardent pas. On n’a pas à éponger la médiocrité de certains hommes. Ni prouver quoi que ce soit. Nous sommes plus que ce que nous avons et faisons.

5 choses qui vont améliorer ta santé et que tu ne connais peut être pas

Imagine que je suis Julien Lepers et que tu joues à question pour un champion ok? Top : Je suis la source principale de lumière des humains, je suis gros, et j’apparais comme jaune dans le ciel. On me diabolise en faisant croire que je donne le cancer, je suis, je suis…BINGO le soleil !

S’exposer aux rayons du soleil, surtout ceux du matin est la meilleure chose que tu peux faire pour recaler ton cycle circadien, et quand on sait que l’insomnie est la pathologie qui a le plus explosée ces derniers années ( merci la lumière bleue des écrans entre autre), tu te rends un fier service en t’exposant aux rayons du soleil du matin tôt, et ceux du coucher du soleil. Mais comme tu as pu le remarquer, nous sommes en automne et devant nous se profilent des journées avec moins de soleil, et donc de luminosité.

Pour pallier à cette carence qui peut entraîner des dépressions saisonnières, j’ai fait le choix de m’exposer à la maison à une lampe infrared, une lumière rouge qui remplacera avec brio le manque de soleil. Quels en sont les bienfaits tu me demandes. Ils sont nombreux et incroyables :

– Protection cellulaire

– Réduction de l’inflammation dans le corps

– Permet de se remettre plus vite des maladies

– Booste la production de collagène ( jeunesse éternelle ?) Et réduction des rides

– Régule le sommeil

– Efficace pour les douleurs musculaires et articulaires ( sciatique, lombaires, cervicales et tant d’autres)

La mienne est quasi équivalente à celle ci

Tu la trouves ici

Qui dit automne, dit coocooning, et pour moi ça passe forcément pas des boissons chaudes, et des soupes encore plus qu’en temps habituel. Sauf que. Savais-tu que grand nombre des sachets de thé et tisanes du commerce contiennent des micro plastiques et sont blanchis avec des substances chimiques pas du tout bonnes pour la santé ? Et oui… Rien n’a plus de sens. Alors que faire? Et bien acheter ses tisanes et thés en vrac. Je te recommandé d’aller piocher ches ISLANDTEA, une petite entreprise sympathique qui te proposera des thés et tisanes en vrac, aux goût originaux de surcroît ( pop corn, carrot cake, cookies, marshmallow!) Avec une cuillère à thé super pratique pour faire infuser tout ce beau monde .

ISLAND TEA C’EST PAR ICI

Pas de transition pour mon prochain laïus sur un vrai super aliment. Un aliment qui contient tous les acides aminés dont tu as besoin. Mais que comme pas mal de monde tu es sûrement réfractaire à consommer, de part son aspect un peu inhabituel. Je parle de notre amie l’huître. Alors tu te demandes comment intégrer cette bombe nutritionnelle dans ta diète sans pour autant avoir l’impression d’avaler une larve ? Il existe des superbes gélules, un produit que je recommande souvent à mes patientes qui font particulièrement bien le job, et qui te permettront de bénéficier de cette panacée de la mer.

Allez fonce c’est excellent pour toi

Qui dit réconfort dit, bonne bouffe. Et peut être comme beaucoup de personnes « intolérantes » ( aux mauvais produits hein) tu ne consommes plus de produits laitiers depuis longtemps. Et tu as remplacé tout ça par des ersatz pseudo healthy que sont les « laits végétaux  » ( littéralement de la flotte et de l’huile de tournesol et quand bien même on les fait maison, les fruits secs sont inflammatoires pour la muqueuse intestinale et remplis d’anti nutriments) et des margarines supposément bonnes pour le coeur ( alors que l’huile de colza par exemple était utilisée dans sa prime jeunesse pour le matériel agricole puis recyclée car produite en trop grande quantité , en denrées alimentaires healthy par les lobbies Agro alimentaires).

Oui je sais je brise tes rêves. Alors tu te dis mais Brigitte on mange quoi? Et bien du coup tu manges des produits laitiers CRUS ET BIOS, entiers et non homogénéisés. Pourquoi? Parce que le lait de ferme issus de vaches non croisées ( jersiaises par exemple) qui broutent de la vraie herbe et rien d’autre est un MÉDICAMENT. Ni plus ni moins. Remplis de probiotiques, remplis de calcium et de phosphore pour des os en pleine santé, ils aident à réguler l’hypertension, et ils contiennent du fer, du magnésium, du potassium, du sélénium, des vitamines A, B2, B12 et K et ont un apport parfait et équilibré en graisses, glucides et protéines. Rien que ça. « Mais je n’en trouve pas au supermarché Brigitte! » Peut être pas non, mais il existe une entreprise du nom de Bernard Gaborit qui te permet d’acheter ces produits partout en France, il te suffit d’aller sur leur site et ils t’indiquent les nombreuses boutiques en France qui proposent leurs merveilleux produits.

Ici pour trouver le début de ta santé retrouvée

Et enfin la dernière astuce santé et j’espère que tu auras appris beaucoup de chose grâce à cet article, c’est le fait de marcher pieds nus. Chez soi c’est déjà bien, mais le must c’est aussi dehors. Cela permet de se décharger des ondes électriques qui nous entourent notamment via la wifi et toutes les autres joyeusetés modernes. C’est important notamment dans l’anticipation de maladies comme le cancer. « Mais Brigitte, marcher pieds nus, dehors? » Et oh c’est bientôt l’hiver quand même. T’inquiète… Des gens innovants ont pensé à tout. Le plus de se procurer des chaussures imitation pieds : éviter les déformations du pied ( la chirurgie des pieds est l’une des plus exécutées ces dernières décennies, hallus valgus et autres).

Ici pour marcher comme tes ancêtres

Je l’ai voulu, je l’ai eu : mon 5e accouchement physio

Je suis l’image même de la bobo. Naturopathe. Qui aime la nature. Qui fait l’école à la maison. Qui a allaité pendant 2 ans et plus les enfants précédents. Qui mange bio. Bref madame cliché. Quand j’ai appris ma 5e grossesse, dotée d’une entorse à la cheville, j’ai pris la nouvelle comme une claque.

J’ai détesté cette grossesse. On n’est pas toujours obligée de dire que la grossesse c’est hyper épanouissant. Non. J’ai été beaucoup en bad mood. Pour ma 4e déjà, la grossesse ce n’était pas ma tasse de thé. Et après celle là je sais que c’est définitivement le dernier bébé. 5 c’est bien. Mais pour autant que le parcours grossesse ait été fastidieux, pas physiquement, ouf, à part quelques nausées et migraine au premier trimestre, mais psychologiquement surtout, je voulais un accouchement physiologique. C’est sûr. Indéniable.

On m’a volé mon premier accouchement il y a 17 ans. Je ne connaissais rien, je n’avais lu aucun livre de maternage, je n’avais pas internet. Bref. Une primipare bien démunie. Quand on m’a proposé un déclenchement à J+6, j’ai dit oui bêtement à l’époque. Horrible. On m’a laissé 12h d’affilée seule face à moi même dans une pièce. De 8h du matin à 20h. Je n’avais personne à mes côtés. Quand on m’a dit : on vous fait la péridurale, j’ai dit oui parce que je pensais que c’était impossible autrement. Quand on a sorti la ventouse pour extirper mon bébé j’ai dit oui. Quand on m’a recousu à vif une épisiotomie non demandée j’ai dit oui. Bref. Un acte médical a été fait ce jour là. En aucun cas un accouchement.

Je suis retombée vite enceinte de ma deuxième fille, aux 6 mois de la première mais cette fois ci toujours sans avoir lu quoi que ce soit, et n’ayant toujours pas internet, j’ai décidé que je prendrais le contrôle de cet accouchement. Et grand bien m’en a pris. Je ne me suis jamais vraiment remise de la péridurale qui m’a causé des maux dans le creux du dos très longtemps. J’ai traîné une fatigue léthargique pendant longtemps. Cette fois avec bébé 2, j’ai fait le travail à la maison dans ma bulle, je suis arrivée dilatée à 8cm à la clinique. On m’a mise dans une pièce calme et ensoleillée. J’ai accouché deux ou trois heures après sans péridurale, sans épisiotomie. Avec des douleurs d’enfantement certes, mais totalement gérable. Instinctivement.

Pour bébé 3 et 4 rebelote, travail à la maison, deux gros bébés de 4kg 500 ,même shéma, quelques difficultés à sortir bébé 4 car j’étais épuisée et elle avait les épaules bien trapues, mais idem pas d’episio pas de péri bref. En soi, des succès à mes yeux.

Pour cette dernière grossesse j’avais 16 ans de plus que pour la première. Ça entrait en considération pour le corps médical. On m’a collé un diabète gestationnel sur le dos après une seule mesure au dessus ( je me suis piquée toute ma grossesse mon taux était aux alentours de 0.78 tout le reste du temps). On m’a collé l’image d’une maman qui fait des grossesses macrosomiques. À surveiller. Bref. La totale. J’avais beau leur répéter que c’était mon métier, que je savais prendre soin de ma santé, que je ne ressentais pas le besoin des bas de contention, que j’allais bien. Non. Il fallait être vigilant.

Sentant la patate à plein nez, j’ai préparé un plan de naissance détaillé avec tout le déroulé de l’accouchement que je souhaitais. Je l’ai envoyé par mail à la chef du service gynécologie de l’hôpital où j’allais accouché. Parce qu’on me parlait déjà de déclenchement. 4 échographies de contrôle. Puis 5. Madame vous n’êtes pas sérieuse on vous prévoit un bébé de 4kg 700 au vue des mesures.

J’ai rien lâché. Madame vous accouchez toujours après terme ce n’est pas sérieux vous vous mettez en danger vous et bébé. Non je connais mon corps et je sais ce que je fais. Contrôle tous les 2 jours, moniteur, prise de tension, test d’urine… Je m’y pliais juste pour qu’ils voient que j’étais consciente de mes choix et responsable.

Le jour du brevet de ma deuxième, elle me dit : « J’ai loupé le bus de mon épreuve de l’après midi ». Je dévale mes 4 étages en courant avec mon gros ventre. Je cours jusqu’à la voiture. Je speede pour la ramener aux épreuves. Je rentre à la maison. Je suis épuisée d’un coup. Je m’allonge sur le côté sur mon lit histoire de me reposer quelques minutes et là : ploc! Je perds les eaux. Première fois que ça m’arrive en 5 grossesses. Je n’avais jamais expérimenté cette sensation. Ni ne savais quoi faire. J’étais perdue. J’ai appelé l’hôpital pour leur dire. Elles mont dit :  » Vous avez une heure pour venir, on va vous ausculter » .

Ma valise était déjà prête. Mes papiers aussi. Je m’y rends donc. Et quelle erreur! On m’ ausculté, je perds les eaux en continue, on me dit qu’on ne peut pas me laisser rentrer chez moi, protocole covid. Si je sors, je ne peux plus revenir!!! Et que si il arrive quoi que ce soit je serai entièrement responsable. Je reste à contrecoeur. Je savais pertinemment que de ne pas être chez moi dans ma bulle allait ralentir le travail. Et ce fut le cas. On m’a injecté des antibiotiques toutes les 8 heures. Phobique des hôpitaux je n’ai pas fermé l’oeil pendant 2 nuits. Je faisais du ballon. Je marchais dans la cour à l’arrière de l’hôpital. J’essayais de produire le maximum d’ocytocine naturelle en mangeant des dattes et en tentant de me détendre. Mais je n’étais pas bien. J’étais frustrée. On me mettait des ultimatums. Encore quelques heures et on déclenche. Ça va finir en césarienne. Tout cette pression ne me permettait pas d’être détendue et dans un état d’esprit serein. Le travail n’avait toujours pas commencé. Mais j’étais déterminée.

Non on ne me volerait pas ce dernier accouchement. Oui j’irai jusqu’au bout de mon plan de naissance. Accoucher dans le calme. Sans péridurale. À mon rythme. Aucun compromis possible. Puis au bout de 36 h, vers 20h du soir, j’ai commencé à avoir de très très fortes douleurs. J’ai sonné pour la sage femme de garde qui m’ ausculte et me dit : « Non. Toujours deux doigts. C’est pas pour ce soir. »

Mais les douleurs se font de plus en plus fortes. À 22h je la rappelle et je lui dis que je souffre tellement, rebelote, auscultation même réponse : ouverte à deux. Mais si vous ne tolérez pas la douleur, on vous posera la péridurale, tant pis pour votre plan de naissance. Elle me parlait comme si j’étais une chochotte affabulatrice. Je savais que c’était le travail. Je savais que bébé allait venir. Minuit et demi. Je ne tiens plus de douleur, mon sacrum me brûle. Non je ne suis pas une mythomane. Je l’appelle. Je vois bien que je la saoule. Re contrôle.

Je vois son visage changer. On est à 8 presque 9 de dilatation, on part en salle d’accouchement. Le temps de me préparer, de monter à l’étage, de préparer ma petite pièce d’accouchement au calme, il est 1h30 presque 2h du matin. Je gère autant que je peux la douleur. J’avais noté que je voulais accoucher accroupie. Impossible. Je ne me sens bien que sur le côté. La sage femme me dit que je fais du bon boulot. Que je suis à dilatation complète. Ça pousse. Je ne me sens plus capable de rien. J’ai presque 48h sans dormir dans les pattes. Je veux que ça s’arrête. Ça pousse. Je n’y arriverai pas. Je sens bébé descendre. Je le sens arriver. Je sais qu’il n’est pas loin. Mais la phase de désespérance est là. C’est fini je ne veux plus. Encore une poussée madame il est là. Mytho. Vous dites toujours ça. Je le sais. Je ne veux plus. Qu’on me laisse. Madame. C’est bon. Bébé est là. Je n’en reviens pas. Je ne cesse de répéter : « J’y suis arrivée ? J’y suis arrivée ?? » Pas seulement pour signifier que j’ai mis bébé au monde mais que j’ai aussi réussi à accoucher comme je le voulais. En mes termes. Malgré toutes les pressions et les dissuasions durant des semaines et des semaines . Verdict : bébé pèse 4kg 070. Pas 700. Ahah. Un poids un peu au dessus, mais rien de ce qu’on m’avait prédit.

C’est mon message de courage à toi femme. Ton corps, ton choix. Ton corps ta décision. Ton corps, ton bébé. Ton corps ta force. Ne laisse personne te faire douter de ce dont tu es capable et ce que tu souhaites. C’est ton jour. Personne n’a le droit de te le voler.

Pourquoi le jeûne intermittent est une hérésie?

Tu sais qu’il y a des gens qui prônent de s’affamer pour être en bonne santé? Peut être en fait tu parti d’ailleurs…Si c’est le cas, mon opinion sur le sujet n’implique que moi, et j’ai fait des recherches sur le sujet évidemment avant te parler du résultat de ces recherches et pourquoi tu dois absolument éviter le jeûne intermittent si tu veux être en bonne santé.

Comme tu l’as déjà lu sur mes pages précédemment, tu sais que je vomis la corrélation : santé=minceur. Tu vois ce qu’on te montre mais pas ce qui se passe à l’intérieur du corps. Sache le. Et bien souvent dans les régimes restrictifs ou le jeûne intermittent les effets à retardement se font sentir bien des mois après l’arrêt de celui ci (parce que soyons honnêtes personne ne tient bien longtemps), et ont des conséquences désastreuses sur tous tes organes notamment le foie, et tout ce qui lui est relié, comme les hormones, ou la thyroïde, mais également les intestins et le côlon.

Alors les gens qui le pratiquent vont te dire : arrête je le fais et j’ai perdu plein de poids et je me sens comme allégé. Certes. A quel prix? C’est normal de se sentir moins fatigué aussi dans les premiers temps, puisque il n’y a quasiment plus de processus de digestion. Un boulot en moins pour le corps. D’autres te diront qu’ils ont moins mal à l’estomac, à la tête. C’est normal. Un peu comme un médicament, tu vas traiter ton problème de façon symptomatique. Tu vas traiter momentanément les symptômes de maladie sous jacente que tu ne résoudras pas en t’affamant et en t’en créant d’autres de surcroît.

D’autres te diront : ouais mais je me sens tellement mieux depuis que je le pratique. Oui. Mais enfin un junkie peut tenir le même discours avec sa dose de drogue. Il se sent mieux dès qu’il se pique. Est ce que c’est sans dommage pour son corps pour autant?

Imagine une voiture. Tu lui demandes d’aller d’un point A à un point B. Sans carburant. En sachant qu’en plus il y aura des montées, des descentes, des pierres, des ornières. Bref. Elle va terminer l’essence en réserve et après? Comment veux tu que ton corps, machine incroyable fonctionne de façon appropriée si tu lui donnes pas le carburant nécessaire pour affronter non seulement, ces fonctions primaires, mais en plus, toutes les tâches du quotidien assaisonnées à la sauce stress de toute part? Oui hein, posé comme ça tu te dis tiens bibi elle soulève quelque chose d’assez intelligent.

Alors quel est le principal carburant de ton corps? Le sucre, ou le glucose plutôt. Ton foie en a besoin pour bien bosser et notamment DETOXIFIER ton corps. Tout seul comme un grand. Ouais je sais c’est dingue. Si tu ne donnes pas de carburant à ton corps, il va aller taper dans tes réserves musculaires et de gras. Alors là tu me dis youhou Gertrude, il va taper dans le gras, à moi le summer body. Et je te réponds. Non. Attention danger. Tu vas ressembler à Grand mère feuillage dans Pocahontas. Ca tape dans le gras qui te donne l’air jeune et fraîche.

Tu te rends bien compte en plus que si ton corps a besoin de recevoir du carburant,ce n’est pas pour avoir à en produire tout seul. Ce n’est pas son taf. Ca lui coûte une énergie atroce et du stress oxydatif et donc inflammatoire (coucou acidification de ton corps, coucou développement de maladies comme le lupus, la thyroidite,la maladie de Crohn) en plus du stress quotidien. Tu mets littéralement ton corps en mode survie, comme si tu étais dans une situation de danger, alors que tu as 3 Lidl à moins de 5 kilomètres. Ton corps en état d’alerte se metà produire de l’adrénaline. Cool. Comme si tu sautais en parachute, alors que tu as juste sauté… 3 repas. Tu pars pour un voyage healthy et perte de poids, tu rentres avec des maladies, et une perte de muscles. Génial.

L’adrénaline tu l’auras compris c’est une hormone de stress. Génial. Stress sur stress sur stress, bientôt plus de cheveux pour te faire des tresses. Littéralement. En plus elle te fait faire pipi. Bye ce qui te restait de vitamines et minéraux. Autant t’appeler feuille de papier , parce que tu as autant d’énergie métabolique qu’elle à ce moment là. Tous tes ligaments, tes muscles sont attaqués sauvagement, alors que les types, de base, ils n’ont rien demandé à personne.

En général les personnes qui pratiquent le jeûne intermittent pour maigrir récupère leur kilos en aussi peu de temps qu’il faut pour dire ouf. Avec un surplus souvent. Et une tonne de dérèglements résultant de cette privation énergétique. Il faut en moyenne un an et demi à deux ans pour que le corps se remette de cette agression, si entre temps, tu n’as pas développer de maladie auto immune, des soucis de thyroïde résultat de ce stress intense sur ton corps qui a complètement déréglé ton foie, tes intestins (tu penses leur faire du bien en cessant de manger mais c’est l’inverse. Tu penses affamé les mauvaises bactéries quand en réalité tu t’affames toi et tu ne règles pas le souci initial de ta microbiote affaiblie. Pour cela il vaut mieux MANGER et apporter des solutions via les ALIMENTS pour virer les toxines et les mauvaises choses. Exemple : salade de carottes crues pendant 1 mois une fois par jour, bouillon d’os).

Manger (et non grignoer) 5 à 6 fois par jour, des vraies nourritures avec des aliments biodisponibles, te permet justement d’éviter ce stress sur tes organes, notamment le foie et le pancréas (oui car en ne mangeant pas ou en évitant les sucres sous toutes leurs formes même bonnes, tu sollicites ton pancréas violemment, et coucou les problèmes d’insulino résistance). Manger c’est guérir. Manger c’est aussi maigrir. Si tel est ton but ultime. Bien que perdre du poids comme je le dis souvent n’est pas forcément une garantie de bonne santé. C’est parfois (souvent) l’inverse.

Comment je fais alors pour garder ma santé ET perdre du poids frangine? Tu travailles sur ton stress en priorité (et ce même si tu ne te sens pas hyper stressée, le stress ce n’est pas que le travail et la famille), tu marches le plus souvent, tu te muscles doucement (soulève des poids bras et jambes), tu te nourris convenablement, et tu permets à ton corps de se détoxifier naturellement de virer le surplus d’oestrogènes et donc perdre du poids. Voilà Germaine.

Si tu as aimé cet article partage le. Il est temps de faire cesser la folie.

Ceci compte pour 25% de ta pleine santé…

25%? Soit un quart des choses à faire pour retrouver une santé optimale et si tu rajoutes une belle alimentation nourrissante, riche, plein de nutriments biodisponibles, tu montes à 50%! Incroyable non?

Mais parlons de notre sujet du jour. Alors quel est ce secret qui te permet d’avancer sur la voie de la guérison générale? Et peut être anticiper du stress oxydatif qui te causera des maladies à terme?

Il s’agit du contrôle de qualité de ton environnement. Et non je ne te demande pas d’aller checker le ratio Oxygène/Co2 des arbres qui t’entourent.

Je te dis d’assainir enfin tes relations avec ton entourage. Je dis toujours que pour se construire en tant qu’adultes ou se reconstruire après des années peut être d’épreuves, il faut tout déconstruire de ton passé. Ton éducation, tes relations, tes a priori sur ta personne.

Souvent on prend le regard de l’autre sur soi comme argent comptant ! Alors que l’autre te voit avec sa propre perspective et comme il n’est pas dans tes baskets h24 il ne peut pas comprendre tous tes choix ou tous tes mots (maux).

Même les personnes qui t’ont vu grandir parents et associés ne te connaissent plus! Et oui. Tu as changé, évolué, appris , remis en question des choses et tu n’es sûrement plus celle auquel on donnait un surnom ridicule ou qui avait un trait de caractère à l’âge de l’enfance. Leur façon de te percevoir est donc tronquée et souvent extrêmement fausse. Tu ne peux donc pas te baser sur leur façon de voir les choses te concernant.

Il est aussi temps de revoir la signification de respect. Le respect ce n’est pas approuver sans discernement tout ce qu’on te dit parce que la personne est plus âgée que toi ou mieux encore si elle est l’un de tes parents ou grands parents. Le respect c’est les traiter comme tu traiterais n’importe qui avec déférence et politesse. Mais ce n’est en aucun cas subir un chantage affectif permanent quand on ne se plie pas à leur vision des choses ou leur façon de faire. L’impact réel que cela peut avoir sur ta qualité de vie est majeur. Respecter les aînés ne veut pas dire non plus, que parce qu’ils ont atteint un certain âge alors ils sont automatiquement dédouanés de changer ou d’évoluer encore dans leurs mentalités et leurs habitudes. Ça, ça s’appelle la mort. Jusqu’à preuve du contraire tant qu’on a une vie ou une activité sociale, l’empathie,la compassion, et la bienséance ne sont pas des qualités seulement viables dans des corps et coeurs jeunes n’est ce pas?

Ta seule mission ici bas, c’est d’être aligné avec tes valeurs quand bien même elles ne correspondent pas à celles de la masse ou celles de tes proches. Tu ne dois rien à personne si ce n’est à toi même. Tu n’as aucun impératif de rendre les gens heureux par tes actes et décisions. Tu n’as aucun compte à rendre sur ta façon de fonctionner.

Si tu as pris le chemin de guérison de tes traumas alors tu es en bonne voie. Et parfois cette guérison signifie se heurter à des gens qui eux stagnent depuis des années voir des décennies. Vos vitesses de cheminement ne sont plus compatibles et inévitablement l’éloignement semble la chose la plus logique. Et c’est tant mieux. Nous se sommes pas censés être liés éternellement à tous ceux qui traversent nos vies. Certains sont des leçons furtives, d’autres des épreuves,d’autres encore des coup de coeur d’une seconde. L’essentiel c’est qu’aucun de ces rencontres ne t’ancrent tellement fort que tu ne puisses plus t’envoler vers de nouvelles versions de toi même.

Le poids de l’éducation, des traditions, de la culture, de la loyauté filiale (surtout dans la version dominant dominé, où l’aîné est le tout sachant et le plus jeune le soumis) ne doivent pas être des freins à ton épanouissement. Ose mettre des coups de pieds dans la fourmilière. On n’a qu’une vie et personne n’est contraint à la frustration et à ruminer tout sa vie ces pressions sociales et familiales. Ce cycle peut cesser avec toi.

Tu as la force en toi d’aller chercher cette indépendance émotionnelle. Si tu remarques ne serait ce qu’un gramme de toxicité dans ta relation qu’elle soit avec tes parents, tes amis, ton supérieur, tes enfants, alors ferme la porte et ne reviens pas en arrière. Ce n’est pas être égoïste d’agir ainsi. C’est être sage. En paix. Mature.

Voilà pourquoi il est important d’assainir ton environnement tour comme on achète des plantes dépolluantes pour assainir un intérieur. Tu mérites le calme de ton âme, le repos du cœur, la douceur après le chaos. Tu donnes assez aux autres. Mais dorénavant tu le feras sous tes conditions. Uniquement.

Pollens et gelée royale : bientôt des supers pouvoirs?

Doit on encore vanter les merveilles que nous fournissent les produits de la ruche ? Je ne vais pas te répéter ce que tu sais déjà, mais plutôt je l’espère t’apporter plus d’informations sur 2 de ces incroyables alicaments que sont : le pollen et la gelée royale.

Oui, parce que si tu es venu ici pour apprendre que pour voir tu dois ouvrir les yeux, je peux te rediriger vers des comptes de réseaux sociaux prétendument médicaux, qui te font des lapalissades en veux tu en voilà, et qui basent tout leur fond de commerce sur des évidences.

Donc l’évidence ici, pour que ce soit établi c’est : en général pour un individu moyen ces 2 produits naturels sont une panacée.

Disclaimer :toutes ces informations sont issues de mes recherches et études personnelles sur des protocoles et tests scientifiques réalisés sur des cobayes animaux ou patients humains. Je peux vous fournir les sources sur demande.

Parlons d’abord de notre ami le pollen : si tu ne devais prendre qu’un seul truc pour te NOURRIR et te remineraliser et ce, même en POST PARTUM, ( prend conseil auprès d’un professionnel de santé avant toute complementation même naturelle) ce serait ça. Hors allergie évidemment. Non vraiment.

Riche en vitamines, minéraux, lipides, glucides, acides aminés, protéines, savais tu que le pollen compte comme un produit fermenté (et on parlera un jour des produits fermentés et leur incroyables bienfaits ici sur ce blog) grâce à la salive d’abeille qui contient de l’acide lactique ? Dingue non ? C’est un puissant antioxidant (coucou le stress et ses radicaux libres).

On a reconnu son effet guérisseur dans des cas de maladies cardiaques, des cellules cancéreuses, réduire les effets de la chimiothérapie, il permet de réguler le système immunitaire et de se doper naturellement avant une performance physique.

Et c’est ce qui nous intéresse ici. Parce que de nos jours tout le monde est obsédé avec le fait de perdre du GRAS. Allô coach nutrition oui je me suis bien mesurée la taille, les hanches et le coude, et horreur je dois perdre du gras. Bien sûr madame, si vous me donnez également les numéros de votre carte bleue, ce gras sera bientôt de l’histoire ancienne. Des décennies que ces boniments sont distillés. Et si le secret de la santé c’était la prise de muscle pas pas la perte de gras ? C’est pas comme si on avait besoin de nos muscles pour actionner tout notre corps hein ?

Et bien le pollen a également cette capacité de développer la masse musculaire. Bref il a tout bon. C’est vraiment le super aliment des supers aliments.

Quid de la gelée royale ? À conseiller post detox c’est littéralement la nourriture de la reine de la ruche. Elle recèle de vrais pouvoirs anti âge et régénérateurs.

Une étude a révélé qu’en consommant pendant 6 mois d’affilee de la gelée royale sur des sujets allant de 42 à 83 ans, il y avait de fortes améliorations dans l’assimilation du glucose et sa tolérance, sur la santé mentale du testé ainsi que durant l’érythropoïèse(production de globules rouges) . Contrairement au pollen en revanche elle ne doit absolument pas être utilisée en cas de cancer avéré.

Alors t’en as appris plus sur ces deux incroyables alicaments ?

Je te conseille un super complément qui regroupe les deux que j’ai moi même à la maison, je te laisse découvrir en vidéo et je te mets un lien juste après si tu veux toi aussi, avoir… Des supers pouvoirs !

Pollen plus gelée royale de qualité
https://www.naturamind.com/gamme-vitalite-immunite/22-gelee-royale-pollen.html?ae=42

Bisous mielleux !

🎉MON NATURO PLANNER 🎊

Et oui. J’ai lancé mon produit. T’es aussi contente que moi j’espère.

C’est mon bébé !

Un produit inédit sur le marché de la naturopathie.

Un planner ! 100% naturopathie, bien être, dans tous les domaines de ta vie.

Alimentation, sommeil, marche, reconnaissance quotidienne, moments plaisirs… TOUT ce dont tu as toujours rêvé dans mon Planner de 33 pages.

Video de présentation de mon naturo planner

Il est imprimé simplement, relié, fait 33 pages, il m’a demandé un sacré boulot avec 5 enfants autour, l’école à la maison et un bébé qui est en pleine poussée dentaire mais il est là. IL EST AU PRIX TOUT MIMI DE 12 EUROS 99 (hors frais de port)

Je n’ai eu que des bons retours de toutes celles qui l’ont déjà acheté.

Comment te le procurer ? :

me contacter par mail : naturopatheenligne29@gmail.com

Ou alors tu me rejoins sur mon Instagram ICI qui est un compte public et donc accessible à tous et tu m’envoies un message privé.

Ou alors tu m’envoies un message ici dans ce formulaire et je traite ta réponse dans les plus brefs délais!

Allez n’hésite pas je te promets que tu en as besoin dans ta vie !

%d blogueurs aiment cette page :