Autres

15 recettes pour un Ramadhan Végétarien

J’ai voulu faire un e book pour que ce soit plus simple pour toi d’imprimer et retrouver ces 15 recettes déjà présentes sur mon blog. Sauf que visiblement je suis une bille, donc tu devras te contenter de revenir ici à chaque fois que tu voudras voir une de mes recettes pendant ce ramadhan mais l’essentiel c’est que la compilation soit là tu es d’accord. Tu vas me dire quel intérêt de faire un ramadhan végétarien. Et bien dis toi que là bas dehors il y a des gens qui ont changé d’alimentation au fil des années par conviction, par souci écologique, par goût aussi, et je suis sûre que ça peut les intéresser. Rappelons que le ramadhan est le mois du jeûne et de la spiritualité, et pas le mois de la nourriture. J’ai un énorme problème pendant cette période, alors que je suis une consommatrice assidue voire droguée de salade verte pendant toute l’année, quand je jeûne je ne supporte par sa vision ni son goût. Va comprendre. Heureusement que j’aime les autres légumes hein, sinon t’imagines un peu? Allez sans plus attendre je te propose donc 15 recettes et tu auras compris que tu peux donc les utiliser en double pendant les 30 jours, n’est ce pas formidable. Let’s go. N’oubliez pas que l’essentiel c’est de cuisiner des ingrédients les plus simples possibles et sans additifs et si possible sans sucres ajoutés.

Clique sur les noms de recette pour y accéder directement :

shawarma végétarienne 5
granola 2

* Boulettes Courgettes et Avoine

IMG_20180618_175356
pasta e fagioli 2
baba ghanouj 4
harira végétarienne 3
Salade Lentilles,Pois Chiche,Féta,Oeufs 3
Pizza Artichauts Epinards 1
Publicités
Autres

Mafé simple à ma façon

Les gens. Ça va? Premier jour de printemps aujourd’hui, on change d’heure dans quelques jours, ce sent les beaux jours et l’été tout ça. On essaie de se motiver pour se sortir de cette torpeur post hivernale, une transition que mon corps vit très mal va savoir pourquoi. Après ce point météo transcendant n’est ce pas, j’hésite à enchaîner avec des sujets plus lourds et serieux liés à l’actualite mais est ce bien le lieu ici pour développer ma consternation croissante envers ce pays, dit des droits de l’homme. Après l’acte terroriste perpétré la semaine dernière en Nouvelle Zélande les pays anglophones ont fait preuve d’un tel soutien, de compassion, d’ouverture d’esprit en diffusant l’adhan par exemple dans une université, en allant toquer à la porte des familles touchees par ce drame dans un élan d’humanité. Et en France, toujours les mêmes inepties racistes avec des commentaires faisant l’apologie de cet acte, même de la part de personnalités publiques et politiques. A vomir. Quelle honte. Quand la France va t’elle se libérer de son complexe colonial. On aime peut-être Paris et sa Tour Eiffel en tant que touriste mais le francais a une mauvaise image dans les autres pays. Il serait temps de dépoussierer les préjuges et enfin accepter que l’autre est différent mais que sa différence n’enlève rien à ta Liberté. Encouragés par les médias mensongers et les politiques les gens sont de plus en plus décomplexés dans leur démonstration de haine. Je n’en peux plus d’avoir à justifier mes choix personnels et ma tenue vestimentaire. Un bout de tissu n’entrave ni mon intelligence ni mon amour pour ma famille, ni mon respect pour les lois du pays et ses traditions. Quand cela evoluera t’il?

Du coup pour mélanger la France et un autre continent j’ai fait un mafé à ma façon. D’habitude il contient plein de légumes, carotte, aubergines, manioc… Je n’avais rien de tout ça, j’ai juste mis des pommes de terre.

  • 3 morceaux de jarret de bœuf
  • 5 pommes de terre
  • 3 oignons
  • 6 gousses d’ail
  • 1 poivron et 1 piment
  • 2 kubb or
  • 1 boîte de tomates concassées
  • 1 cuillère à soupe de concentré de tomate
  • 3 belles cuillères de pâte d’arachide

*Faire revenir la viande coupée en petits cubes dans une cocotte avec un fond d’huile. Saisir la viande assaisonnée de sel et de poivre sur toutes les faces. Ajouter le concentré de tomates, et 100 ml d’eau et laisser réduire a feu fort pour décoller les sucs et caraméliser la viande.

*au mixeur, passer le poivron epepiné, le piment,les oignons epluches et les gousses d’ail épluchées ainsi que les bouillons cubes

*ajouter ce melange a la viande ainsi que la boîte de tomates concassées. ainsi que 20 cl d’eau

*Laisser cuire à couvert pendant 20 minutes.

*éplucher les pommes de terre et les ajouter à la sauce. Diluer la pâte d’arachide ou beurre de cacahuète dans de l’eau et ajouter le tout dans la cocotte.

*couvrir et laisser cuire pendant 20 minutes supplémentaires à couvert.

*servir avec du riz

Autres

Namandier à ma façon

Le namandier c’est un gâteau simple, enfantin, mais surtout rapide.

En ce moment, enfin depuis des mois, c’est la définition même de ma cuisine. Je n’ai plus le temps, ni la santé de faire des trucs crazy dans sa tête. Et dans une démarche de fait maison systématiquement, et de produits avec le moins d’additifs possibles, bios la plupart du temps,locaux quand je peux, ça reste du boulot, et il me faut donc des recettes simples.

J’ai revisité la recette en changeant quelques trucs. Je n’avais pas du tout envie de goût de fleur d’oranger, donc je suis revenue vers la vanille et le chocolat.

Namandier de C.

-200 gr de poudre d’amande

-140 gr de sucre complet

-4 œufs de plein air

-50 gr de beurre

-50 gr d’huile d’olive

-vanille liquide

-1 pincée de sel

-75 gr de pépites de chocolat noir

*Faire fondre le beurre.

*Battre les œufs avec le sucre et la vanille

*Ajouter la poudre d’amande et le sel et fouetter

*Ajouter le beurre fondu et l’huile d’olive et le sel.

*Beurrer un moule et déposer la pâte puis parsemer avec les pépites de chocolat.

*Cuire 20 minutes à 180° dans un four préchauffé.

Autres

Aubergines façon Caponata italienne

Alors oui. D’accord. L’aubergine en février ça fait pas écolo et local. Mais ce sont mes premières depuis septembre si ma mémoire me reste fidèle, alors j’ai été sage non?

Mais vu le temps, pas du tout saisonnier il en va de soi, plein de soleil et de températures douces, mon corps et mes papilles ont dû croire que ça y est il était l’heure de manger estival.

J’ai eu une longue période ces dernières semaines où il a fallu se nourrir oui, mais plus aucun plaisir particulier pour la cuisine, ou surtout pas le temps. Et c’est très frustrant. Parce que j’aime m’exprimer par les goûts les odeurs, et les couleurs. Ça me détend. Alors je sais,je sais la vie c’est ça. C’est intense, c’est vibrant, c’est prenant, surtout avec 4 enfants entre presque 5 et 14 ans. Parfois je me sens comme une proie face à une meute de loup. Je plaisante bien sûr, mais quelle énergie il faut pour suivre le mouvement des humeurs,le ballet des tempéraments, parfois symphonie, parfois cacophonie de cette marmaille vivante, bruyante mais qui m’apporte tant. À défaut d’être en paire, nous sommes 5 unis comme les doigts de la main.

Cette recette n’a rien d’officiel, et j’espère que l’Italie ne me bannira pas.

Caponata façon C.
  • 2 aubergines bio
  • 1 tomate bio
  • 1 échalote
  • 2 gousses d’ail
  • 5 à 6 olives vertes
  • 1 branche de céleri
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de pomme
  • 3 cuillères à soupe de coulis de tomates
  • Huile d’olive sel et poivre

*enlever les bouts des aubergines, les éplucher, les tailler en 3 ou 4 lamelles dans la longueur,puis 3 ou 4 bandes dans la largeur puis en cubes réguliers.

*dans une poêle déposer un peu d’huile d’olive et saisir les cubes d’aubergines, pour qu’ils dorent. Ajouter l’échalote épluchée et émincée finement . Couper la tomate en dès et les ajouter . Faire de même avec le céleri.

*faire cuire à feu vif pendant quelques minutes puis baisser le feu, et ajouter le coulis de tomate, ainsi que 10 cl d’eau.

*faire cuire à couvert 15 minutes. Puis découvrir la poêle remette à feu vif et ajouter le vinaigre. On veut garder son acidité mais le faire évaporer. Ajouter les olives rincées en rondelles.

*servir chaud ou tiède avec du pain du riz ou des pommes de terre.

Autres

Pain Simit au Sésame

Bon. A chaque fois que je reviens par ici je me dis « mais que ça fait longtemps ». Je suis tombée dans la spirale de l’instantanéité d’Instagram fort heureusement mon seul réseau social, alors que paradoxalement j’aime encore aller lire les blogs cuisine si chaleureux et moins surfaits.

Je partage aujourd’hui ce pain turc au sésame donc, à déguster avec du thé du fromage type féta, des concombres, des tomates, ou encore pour en faire des sandwiches avec du sucuk, ce saucisson turc si délicieux. Parfaits pour un brunch.

*500 gr de farine
*1sachet de levure boulangère en billes
*172 gr d’eau tiède

*20 gr de beurre mou

*1 pot de yaourt nature

*5 gr de sel

*1cuillere à café de sucre

*graines de sésame et un jaune d’œuf pour la dorure.

  • Faire lever la levure avec un peu d’eau tiède prélevée sur le total et le sucre pendant 10 minutes.
  • Ajouter la farine le sel et le yaourt. Pétrir doucement en ajoutant l’eau restante et finir avec le beurre.
  • Laisser lever cette pâte 1h sous un torchon
  • Dégazer la pâte diviser en boules de taille égale. Prendre deux boules les rouler en forme de serpent long puis faire une tresse avec deux branches de pains. Et les souder de façon à obtenir une couronne. Répéter l’opération avec le reste des boules.
  • Laisser lever à couvert pendant 30 minutes.
  • Diluer le jaune d’œuf dans un peu d’eau et badigeonner les pains puis parsemer généreusement de graines de sésame.
  • Enfourner à four préchauffé à 180° pendant 20 minutes.
Autres

Poulet aux noix de cajou et poivrons

Je rentre dans le vif du sujet tout de suite. On va faire style qu’on oublie que je n’ai rien posté ici depuis fort longtemps . Je résume en un mot : la rentrée.

Aujourd’hui un plat de resto car je n’y vais jamais, je ne me souviens même pas la dernière fois où je suis allée manger dans un vrai restaurant. Ça se compte en années. Depuis quelques jours une de mes filles avaient une envie de recettes asiatiques mais avec des poivrons verts surtout. Et là je tombe sur le dernière vidéo de Laura vitale sur youtube et bam révélation ce sera celle là ou ça ne sera pas. J’ai juste changé un poil la façon de faire mais le must de cette recette c’est que tout cuit dans la même poêle ou wok si tu en possèdes un. Magnifique.

IMG_20181013_130015

-400 gr de filets de poulet

-1 poivron vert

– 2 oignons ou échalottes

-150 gr de noix de cajou

– sauce soja, soja sucrée, et sauce huître

– maïzena

– sucre roux

– vinaigre de cidre et huile olive ou sésame

-2 gousses d’ail et 1 pouce de gingembre frais

– eau

* Faire revenir à sec dans la poêle les noix de cajou pendant quelques minutes puis réserver

*Ajouter un peu d’huile de sésame ou olive et faire revenir le poivron Vert coupé en dés et les oignons en cubes.

*Laisser frire sur feu vif en remuant pendant 5 à 6 minutes puis réserver.

* Détailler le poulet en cubes saler et poivrer et faire revenir dans la même poêle sur feu vif pendant 8 à 9 minutes.

* Pendant ce temps préparer la sauce : 300 ml d’eau tiède, 1 cuillère à café de maïzena, 1 cuillère à soupe de sauce soja, 1 cuillère à soupe de sauce soja sucrée, 1 cuillère à soupe de sauce huître, 1 cuillère à café de sucre, 1 cuillère à soupe de vinaigre, du gingembre rapé et les gousses d’ail pressées. Mélanger.

* Quand le poulet est quasiment cuit verser la sauce et remuer elle épaissit rapidement. Rajouter les noix de cajou et poivrons réservés. Servir avec du riz, de la sauce Sriracha et de la coriandre fraîche.

 

Autres

Une fois n’est pas coutume, on change de registres : poème

Je me tâte à modifier le site pour en faire plus un magazine avec les choses qui me touchent m’inspirent me construisent. En cours de réflexion et en attendant je partage non pas une recette aujourd’hui, mais un poème écrit à la va vite, mais qui n’en est pas moins profond.

dav

Enjoy!

Protégée par cette bulle que j’ai bâtie,
Qui me permet d’être lâche,mais qui me tient à l’abri,
Retraite où mon âme se cache, fatiguée d’être meurtrie,
Par des vents dévastateurs égoïstes qui ne croient importantes que leur vie.
Dans ce monde à l’envers,
Qui fait la part belle au pervers,
l’innocence est une faiblesse,
La compassion est traîtresse.
Je ne suis victime que de ma propre empathie,
Qui comme une amie infidèle m’a souvent trahie,
Ma force est ma faiblesse,
Et il faut que cela cesse.
J’ai construit ces murs pour tenir à distance,
Les tordus, les menteurs, les voleurs d’insouciance,
Et plus aucun sacrifice je ne ferai,
Pour autrui contenter.
Ce bonheur que j’ai pu enfin retrouvé,
Ne sera partagé que par ceux qui auront les clés,
Et avant de les obtenir,
Maintes barrières ils devront franchir.
Je n’ai pas le courage de certains,
Qui étalent au monde leur hier et leur lendemain,
Via ses réseaux sociaux mensongers,
Qui n’ont de social que le nom erroné.
Pour vivre heureux vivons cachés,
Cet adage pendant des siècles a fonctionné,
Nos égos sont ils devenus si grands,
Que nous ne pouvions plus vivre sans tout soumettre aux regard des gens?
Dans cette bulle idéaliste,
Seuls ceux qui comptent, résistent,
Parents, enfants, sont suffisants,
Pour éviter bien des tourments